Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°45

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • Journées Prévention “ L’alimentation et l’activité physique ”

    Illustration : Journées Prévention “ L’alimentation et l’activité physique ”

    Les Mutuelles Complémentaire Santé et Réalisations Sociales du Groupe La Dépêche du Midi, en partenariat avec la Mutualité Française d’Occitanie, organisent deux journées Prévention sur le thème de “ L’alimentation et l’activité physique ”.
    Ce programme a pour objectif de sensibiliser les salariés aux bienfaits de l’activité physique et d’une alimentation équilibrée.
    Présence d’une diététicienne qui vous donnera des conseils sur la nutrition. Professionnel du secteur paramédical, spécialiste de l’alimentation équilibrée, le diététicien sait concocter des régimes adaptés à l’âge, au mode de vie, aux goûts et à l’état de santé des personnes qui viennent le consulter.
    Présence, également, d’un coach sportif. Globalement, le coaching sportif est une méthode pour s’entraîner avec le concours d’un professionnel qui vous accompagnera pour vous aider à concrétiser vos objectifs. Ce n’est pas un simple entraîneur physique, il va aussi chouchouter votre mental, l’entretenir et vous booster dans les moments où vous auriez envie de baisser les bras.
    De nombreux documents seront à votre disposition pour vous aider à mettre en pratique les conseils de ces professionnels de la santé. Une borne interactive sera à votre disposition pour répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur le prochain repas que vous allez concocter !
    Nous vous attendons nombreux, de 10h à 16h :
    • à Toulouse, vendredi 16 novembre 2018, Arborétum et hall d’accueil de La Dépêche du Midi
    • à Montpellier, jeudi 29 novembre 2018, dans le hall d’accueil de Midi Libre

  • Toulouse, Les Villas des Tilleuls, des loyers modérés pour tous

    Illustration : Toulouse, Les Villas des Tilleuls, des loyers modérés pour tous

    Situés au 237 route de Saint Simon, à Toulouse, huit T2 et quatre T3 sont proposés aux adhérents des Mutuelles du Groupe La Dépêche du Midi, à leurs ayants droit et, plus largement, aux membres de leurs familles.
    La résidence est située à proximité des écoles, lycées, fac et siège de La Dépêche, ainsi que des transports en commun.
    Implantés sur 1 500 m2, ces 12 logements en duplex sont répartis dans 5 bâtiments et disposent tous d’un parking, dont un est réservé aux personnes à mobilité réduite. Un local collectif est réservé aux deux-roues.
    Les appartements, d’une superficie de 48 à 62 m2, respectent les normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) d’isolation phonique et thermique, ainsi que les normes handicapés avec, notamment, toilettes et douches au rez-de-chaussée et à l’étage. Certains bénéficient d’une terrasse et/ou d’un jardin.
    La gestion de ces logements locatifs est assurée par la Mutuelle Réalisations Sociales du Groupe La Dépêche du Midi qui applique des tarifs avantageux, en phase avec sa politique sociale. Les loyers mensuels des locations s’établissent comme suit, charges comprises :
    • T2 : 554 €
    • T2 avec jardin : 604 €
    • T3 : 665 €
    • T3 avec jardin : 715 €
    Renseignements : mutuelle@ladepeche.fr
    tél. 05 62 11 35 00 (de 10h à 12h et de 14h à 16h)

  • Plan vélo : ce qu’il faut retenir

    Illustration : Plan vélo : ce qu’il faut retenir

    A Angers, Edouard Philippe, le Premier ministre, François de Rugy, le ministre de la Transition écologique et solidaire et Elisabeth Borne, la ministre des Transports, ont dévoilé, vendredi 14 septembre dernier, le plan vélo.
    L'objectif de ce plan est de faire en sorte que les Français se déplacent trois fois plus à vélo au quotidien d'ici 2024, pour alors dépasser la moyenne européenne de 7% de déplacements à vélo. Pour la première fois, le gouvernement prévoit un financement dédié et un forfait mobilité pour les salariés, allant jusqu'à 400 euros.
    Moins de 2% des trajets domicile-travail se font à vélo et 58% des personnes vivant à moins d'un kilomètre de leur travail s'y rendent en voiture, selon l'Insee, quand elles mettraient environ cinq minutes à vélo. "Ce mode de transport est bien moins utilisé que l’automobile, largement prédominante, les transports en commun ou la marche, mais il fait jeu égal avec les deux-roues motorisés", précise l'Insee.
    Le gouvernement va créer un fonds de 350 millions d'euros sur sept ans pour cofinancer des infrastructures avec des collectivités, soit 50 millions par an, là où les associations demandaient 200 millions par an.
    Les cyclistes pourront donc profiter de ponts et de tunnels au niveau d'échangeurs autoroutiers, de rocades ou de voies ferroviaires afin d'assurer la continuité des pistes cyclables. Le premier appel à projets sera lancé en 2019.
    Le plan comprendra la création d'une indemnité vélo prise en charge par l'employeur, sur le modèle de l'indemnité transports en commun. "On n'est pas dans une logique d'obligation", explique Édouard Philippe dans une interview. Ce forfait, facultatif, pourra aller jusqu'à 400 euros par an.
    L'État de son côté, "en tant qu'employeur, va mettre en place (un) forfait de 200 euros pour l'ensemble de ses agents et ce, à partir de 2020", précise le Premier ministre.
    Pour inculquer la culture vélo aux enfants, chaque élève entrant en sixième devra savoir rouler à vélo en autonomie d'ici à 2022. Des programmes seront prévus en primaire autour de sa pratique et du code de la route. Le ramassage scolaire à vélo sera aussi encouragé.
    Pour lutter contre le vol, chaque vélo, neuf ou d'occasion, sera doté d'un numéro d'immatriculation. Le marquage existe déjà pour éviter les vols.
    Le gouvernement demandera à la SNCF de construire des garages à vélos sécurisés dans toutes les gares où ce sera possible. En ville, les sas vélos seront systématisés : il y aura un espace réservé aux bicyclettes entre les feux tricolores et une ligne où doivent s'arrêter les voitures.
    Le double sens cyclable, déjà obligatoire dans les zones à 30 km/h, sera étendu à toutes les rues à 50 km/h en agglomération à partir de 2019, sauf en cas de danger avéré.

  • S’énerver pour vivre plus longtemps

    Illustration : S’énerver pour vivre plus longtemps

    Certains gardent leur calme quand ‘autres se font entendre dès que le moindre désagrément les perturbe. Ceux-là détiendraient l’une des clés de la longévité. C’est du moins ce que montre une méta-analyse menée par 2 chercheurs allemands.
    Le comportement influe sur la santé. En effet, les émotions s’expriment par un certain nombre d’hormones qui affectent la physiologie de l’organisme. Ainsi, l’anxieux de nature, à coup d’adrénaline et surtout de glucocorticoïdes, va abaisser son immunité et augmenter les risques de tomber malade.
    A travers l’étude de 6.775 patients, les auteurs ont observé l’évolution de certains paramètres physiologiques dans une situation stressante, en fonction du tempérament de la personne. Ceux qui gardent leurs émotions négatives pour eux voyaient leur rythme cardiaque s’emballer.
    Ils essaient de camoufler au mieux les signes attestant de la peur et se mettent sur la défensive.
    A long terme, une telle situation favorise le développement de certaines maladies, surtout l’hypertension et, moins prévisible, le cancer. En revanche, les personnes qui arrivent à donner de la voix en situation crispante s’avèrent plus à risque de déclencher des maladies coronariennes. Aucune différence n’a été constatée pour les autres maladies cardiovasculaires, les attaques cardiaques ou l’asthme.
    Pour les auteurs, c’est peut-être l’explication au fait qu’Espagnols et Italiens, réputés pour leur sang chaud, vivent en moyenne 2 années de plus que les Britanniques, dont le flegme n’est pas qu’une légende. Un peu léger comme explication dans la mesure où l’espérance de vie ne tient pas qu’à un coup de gueule. L’alimentation, pour laquelle les pays latins sont bien plus réputés, y joue beaucoup, et les taux d’obésité, à l’origine de nombreux troubles cardiovasculaires, sont beaucoup plus élevés sur l’île de Sa Majesté.
    Que tous les introvertis se rassurent quand même : leur comportement ne leur joue pas que des vilains tours. Si la moindre petite épreuve les secoue beaucoup, le retour à la sécurité est bien mieux vécu. Tout va bien quand on a le contrôle...

  • Le raisin : le super fruit de la rentrée

    Illustration : Le raisin : le super fruit de la rentrée

    En jus, frais à croquer ou séché dans les desserts, le raisin s’impose comme le fruit de la rentrée. Sous forme de vin, c’est encore une autre histoire...
    De la feuille de vigne (en vrai de figuier) qui cachait la nudité d’Adam et Eve jusqu’aux bouteilles sur nos tables, le raisin accompagne l’homme depuis la nuit des temps... et semble ne lui vouloir que du bien. Son célèbre composé santé, le resvératrol, a prouvé son implication dans la protection anti cancer, cardiaque (anti hypertension, anti agrégeant plaquettaire) immunitaire et anti âge. De fait, il activerait 3 gènes de la longévité : pour vivre plus longtemps, une petite grappe de 100g de raisin noir par jour, c’est parfait !
    Si le raisin vert reste un fournisseur honorable de vitamine C et de vitamine K (anti âge) c’est la peau du raisin noir (ou rouge) qui renferme le précieux resvératrol.
    Traditionnellement, les anciens faisaient une cure de raisin chaque début d’automne, principalement pour prévenir les douleurs articulaires de la mauvaise saison. On en tire en réalité vien des bénéfices : drainage hépatique et diurétique (eau + potassium) reminéralisation (magnésium, calcium) équilibrage acido-basique...

  • Les téléconsultations remboursables depuis le 15 septembre

    Illustration : Les téléconsultations remboursables depuis le 15 septembre

    Il devient possible, en France, de bénéficier d’un acte de téléconsultation remboursable par l’Assurance Maladie.
    La mise en place de la télémédecine en général, et de la téléconsultation en particulier, est un enjeu clé pour l’amélioration de l’organisation du système de santé et l’accès aux soins pour tous les assurés sur tout le territoire.
    La téléconsultation est une consultation réalisée par un médecin (généraliste ou de toute autre spécialité médicale) à distance d’un patient. Le patient peut être assisté d’un autre professionnel de santé (un autre médecin, un infirmier, un pharmacien...) mais ce n’est pas obligatoire. Cette consultation doit nécessairement se faire par vidéo pour être prise en charge par l’Assurance Maladie.
    Tout patient, quel que soit son lieu de résidence, peut bénéficier d’une téléconsultation si le médecin le propose et que le patient donne son accord. La téléconsultation s’inscrit dans le respect du parcours de soins coordonné. Elle peut être réalisée par le médecin traitant du patient. Si elle est exercée par un autre médecin, c’est parce que le patient aura été orienté vers ce médecin par son médecin traitant. Le recours à la téléconsultation est en effet toujours décidé par les médecins.
    Il y a quelques exceptions pour lesquelles le patient n’a pas besoin d’être orienté par son médecin traitant pour respecter le parcours de soins ; il s’agit :
    • Des patients de moins de 16 ans
    • De certaines spécialités médicales : gynécologie, ophtalmologie, stomatologie, chirurgie orale ou chirurgie maxillo-faciale, psychiatrie ou neuropsychiatrie et pédiatrie
    • Des situations d’urgence.
    Les patients doivent être connus des médecins réalisant des actes de télémédecine afin que ces derniers disposent des informations nécessaires à un suivi de qualité.
    La téléconsultation est facturée par le médecin télé consultant au même tarif qu’une consultation en face-à-face.
    Le patient peut payer le médecin télé consultant en lui envoyant un chèque après la consultation ou via une solution de paiement en ligne proposée par le médecin.
    Le tiers payant sera appliqué dans son intégralité (part obligatoire et part complémentaire).

  • Permis de conduire et diabète

    Illustration : Permis de conduire et diabète

    Toute personne diabétique en possession d’un permis de conduire, ou en passe de l’obtenir, doit déclarer son diabète en préfecture. Une visite médicale avec un médecin agréé par la préfecture est nécessaire en cas de traitement hypoglycémiant.
    En cas d’accident de la route, la personne diabétique qui n’aura pas fait sa déclaration en préfecture (ou aura réalisé une fausse déclaration) sera reconnue responsable et ne sera, de ce fait, pas couverte par l’assurance.
    En outre, son permis de conduire sera déclaré invalide.

  • En Occitanie, on pourra bientôt se faire vacciner contre la grippe dans sa pharmacie

    Illustration : En Occitanie, on pourra bientôt se faire vacciner contre la grippe dans sa pharmacie

    L’Occitanie fait partie, avec Auvergne Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine et Hauts de France, des 4 régions retenues par le Ministère des Solidarités et de la Santé pour participer à l’expérimentation de la vaccination contre la grippe saisonnière par les pharmaciens d’officine.
    Alors que les objectifs de santé publique sont fixés à 75% pour la population à risque, la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière demeure en dessous de 50%. Dans les pays où la vaccination par les pharmaciens est autorisée, on observe une amélioration tangible de la couverture vaccinale de cette même population.
    Il sera possible, dès le 6 octobre, de se rendre chez son pharmacien pour se faire vacciner contre la grippe. A noter que les femmes enceintes et les mineurs devront, eux, continuer à aller chez leur médecin.
    En Occitanie, ils sont déjà 550 pharmaciens volontaires pour participer à cette expérimentation (source ARS, Agence Régionale de la Santé). Tous ont reçu une formation spécifique pour recevoir un agrément leur permettant de procéder à la vaccination antigrippale.
    La liste de ces officines est disponible sur le site de l’ARS : ars.sante.fr

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Priorité santé mutualiste
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances