Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°48

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • Les bonnes raisons de manger de la pastèque

    Illustration : Les bonnes raisons de manger de la pastèque

    Ce gros fruit joufflu est le symbole des vacances et du soleil. Bourrée de bienfaits, la pastèque n'a pas son pareil pour rafraîchir pendant les grosses chaleurs.
    Pauvre en calories (34 Cal pour 100 g), la pastèque est l'alliée minceur par excellence. Composée à 90 % d'eau, elle est parfaite pour s'hydrater et se désaltérer agréablement lorsqu'il fait chaud. Sa teneur en eau a également une action sur la sensation de satiété et ses fibres permettent de lutter contre les petits creux. Bien mieux qu'une crème glacée pour se rafraîchir après la plage !
    La pastèque est une bonne source de bêta¬carotène. Ce précurseur de la vitamine A aide, entre autres, à garder une bonne vision et une belle peau. C'est aussi un fruit riche en antioxydants. Elle contient du lycopène, qui lui confère sa jolie couleur (la pastèque jaune en contient moins) et permet de lutter contre certaines maladies, dont l'hypertension. Selon des études américaines, une consommation quotidienne de pastèque serait aussi bénéfique pour prévenir les maladies cardiovasculaires.

  • Comment dissuader les moustiques de nous piquer

    Illustration : Comment dissuader les moustiques de nous piquer

    Citronnelle, répulsifs, bracelets anti-moustiques... Les subterfuges ne suffisent parfois pas à faire barrage aux moustiques qui persistent à se gargariser de votre sang. Des chercheurs italiens pourraient avoir trouvé la parade pour leur retirer l'envie de vous piquer. Leurs travaux suggèrent que contrôler un gène présent chez les moustiques permettrait de réguler leur appétence pour le sucre et leur attirance pour le sang humain.
    Les chercheurs italiens ont analysé le comportement du moustique tigre Aedes albopictus, originaire d'Asie du sud-est. L'invasion de l'insecte dans de nombreux pays d'Europe comme en France inquiète car le moustique peut être vecteur de virus de la dengue, du chikungunya, et du virus Zika.
    Les moustiques tigres femelles aspirent le sang pour obtenir l'énergie nécessaire au développement de leurs œufs et se nourrissent également du sucre provenant des nectars des plantes ou de la sève, précise abc news. Partant de ce postulat, les chercheurs ont voulu savoir si la nourriture sucrée pouvait régulait l'attraction des moustiques pour le sang humain. Pour cela, ils ont administré une solution de sucre à de jeunes moustiques femelles. Placés sous des gobelets en plastique, une main a ensuite été posée auprès des cobayes pour évaluer les pulsions pour le sang. Résultat, les moustiques alimentés en sucre n'ont pas eu envie de piquer pendant six à sept jours.
    Pour comprendre cette réaction, les chercheurs ont séquencé l'ADN des moustiques nourris au sucre. Ils ont découvert un changement au niveau du gène de la vitellogénine appelé Vg-2. Celui-ci régule le comportement de recherche de nourriture des moustiques, et donc en particulier le sang humain. Le gène code aussi une protéine qui joue un rôle dans le développement ovarien des moustiques femelles. Plus l'expression de ce gène est élevée, plus les moustiques se mettent en quête de sang humain. Contrôler l'expression de ce gène pourrait donc être une arme contre les piqûres de moustiques, estiment les chercheurs.
    L'identification de ce mécanisme constitue une piste intéressante pour contrôler le comportement de recherche de sang humain chez les moustiques. Cela "pourrait ouvrir la voie à de nouvelles stratégies [...] visant à réduire l'activité de piqûre des moustiques", et à diminuer la transmission des maladies véhiculées par les moustiques tigres.

  • Les bons gestes pour faire face à la canicule

    Illustration : Les bons gestes pour faire face à la canicule

    De nombreux moyens sont mobilisés pour faire face à un épisode caniculaire mais il existe aussi des réflexes à adopter au quotidien.
    Voici des gestes de prévention à appliquer, notamment pour les plus fragiles, afin de ne pas (trop) souffrir de la chaleur :
    . boire (mais de l'eau, et pas trop) : il faut s'hydrater davantage en cas de canicule et boire de l'eau régulièrement pour compenser ce qu'on perd en transpirant. Pour autant, il ne faut pas boire des quantités excessives car cela peut être dangereux. Descendre une ou plusieurs bières très fraîches est aussi une mauvaise idée : l'alcool est d'autant moins bien supporté qu'il fait chaud.
    . mouiller son corps (mais gare à l'eau glacée) : "rafraichissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour" recommande l'agence sanitaire Santé Publique France, qui conseille de se munir d'un brumisateur pour les trajets en voiture.

  • Les bienfaits de la sieste

    Illustration : Les bienfaits de la sieste

    La sieste est un besoin physiologique qui se situe entre 13 et 15 heures. Pourtant, dans les pays occidentaux, elle déclenche plus souvent le sourire que l’assentiment. En revanche, dans les pays asiatiques par exemple, pratiquée par tous quotidiennement, elle est un signe de respect de soi et des autres : plus en forme, on est plus performant. Les bienfaits de la sieste sont en effet importants.
    Une sieste brève est la plus efficace
    Brève, de 10 à 20 minutes, elle est la plus efficace, d’autant plus si on la pratique régulièrement (environ quatre fois par semaine). Elle est constituée d’un sommeil lent et léger et permet un retour facile à ses activités.
    Elle est idéale pour les personnes qui ont des journées très longues, se lèvent tôt et se couchent tard.
    Les effets de la sieste sur la santé
    Ce temps de repos procure :
    • une amélioration immédiate de la vigilance : attention, concentration, énergie, performance, humeur ;
    • une très forte protection antistress ;
    • une bonne régulation en termes de protection cardiovasculaire, avec une incidence sur l’hypertension artérielle (baisse) ;
    • une meilleure mémorisation, ce qui est vrai aussi bien entendu pour le sommeil de nuit.
    De quelle manière récupérer ?
    • La sieste flash de 1 à 5 minutes est celle à privilégier en période de travail et en cas de privation de sommeil.
    • La sieste de 20 minutes permet de récupérer sa vigilance sans amputer le temps de sommeil nocturne.
    • La sieste de 1 heure à 1 heure et demie est à réserver pour le week-end, en cas de dette de sommeil seulement et à condition de se lever à la même heure qu’en semaine.
    Comment faire une microsieste
    • Pour une mini-sieste, mettre un réveil (15-20 minutes à la maison, 5 à 10 minutes au travail).
    • Trouver une bonne position, sans point de tension : assis à son bureau, poser la tête de côté ou le front sur les bras croisés ou sur un petit coussin. Se caler et s’appuyer en arrière dans son fauteuil ou sa chaise si elle a un dossier qui remonte.
    • Si c’est possible, s’allonger sur la moquette dans un endroit calme, dans sa voiture (parking) ou encore sur une pelouse aux beaux jours.
    Trois choses à savoir sur la sieste
    • Le sommeil est par nature biphasique : sommeil de nuit/sommeil de jour. La sieste est donc tout à fait naturelle et correspond à un creux de vigilance et à la baisse cyclique de la température corporelle.
    • La chaleur est propice à ce temps de repos, qui n’est pas directement lié au repas de midi.
    • On a toujours intérêt à faire une sieste si le besoin de dormir se fait ressentir. Cependant, elle ne compense pas le manque de sommeil. Dans ce cas, la sieste peut être beaucoup plus longue : de 1 heure à 1 h 30 (en vacances par exemple).

  • Vélo : les enfants de 6 à 11 ans pourront suivre une formation pour apprendre à bien rouler

    Illustration : Vélo : les enfants de 6 à 11 ans pourront suivre une formation pour apprendre à bien rouler

    Le 17 avril dernier, le gouvernement présentait son dispositif “ Savoir rouler à vélo ” destiné à proposer une formation de 10 heures aux enfants de 6 à 11 ans. Au programme : apprentissage du code de la route et pratique du vélo sur la voie publique.
    Alors que 167 cyclistes ont été tués sur les routes en France en 2018, les ministères des Sports, des Transports, de l’Intérieur et de l’Education nationale vont présenter jeudi 17 avril un programme d’apprentissage du vélo destiné aux enfants de 6 à 11 ans. L’objectif est de leur permettre d’acquérir une réelle autonomie pour pouvoir se rendre de leur domicile à l’école ou au collège en toute sécurité.
    Le programme “ Savoir rouler à vélo ” propose aux écoliers de suivre une formation de 10 heures réparties en trois étapes :
    • maîtriser les fondamentaux du vélo ;
    • découvrir la mobilité en deux roues en milieu sécurisé ;
    • circuler en autonomie sur la voie publique.
    A l’issue de la formation, un certificat d’aptitude sera remis aux enfants.
    La formation sera proposée dans plus de 1 000 clubs ou associations
    L’apprentissage sera dispensé sur tout le territoire sur le temps scolaire, périscolaire ou extrascolaire par des partenaires du programme comme la Fédération française de cyclisme, la Fédération des usagers de la bicyclette ou l’Union sport et cycle. Pour trouver une formation près de chez soi, les parents pourront se rendre sur le site Internet www.savoirouleravelo.fr, accessible à partir du 17 avril. Plus de 1 000 clubs ou associations seront répertoriés sur une carte interactive et les familles pourront également consulter des tutoriels pédagogiques.
    Le programme “ Savoir rouler à vélo ” s’inscrit dans le cadre du Plan vélo et mobilités actives, initié en 2018 par le gouvernement, et qui vise à multiplier par trois l’usage de la petite reine en France pour atteindre 9 % de déplacements en deux-roues à l’horizon des Jeux olympiques et paralympiques de Paris de 2024.

  • Information Mutuelle Groupe La Dépêche du Midi

    Illustration : Information Mutuelle Groupe La Dépêche du Midi

    Nous avons des appartements disponibles à la location, T2, T3 et T4, vides ou meublés, dans nos résidences :

    . Maurice Sarraut - 48 boulevard de l'Embouchure - 31200 Toulouse

    . Les Villas des Tilleuls - 237 bis route de Saint-Simon - 31300 Toulouse

    Si vous êtes intéressé(e) pour vous, vos proches ou vos enfants étudiants, merci de contacter votre mutuelle :

    . tél. 05 62 11 35 00 (10h à 12h et 14h à 16h)

    . mail : mutuelle@ladepeche.fr

    . courrier : avenue Jean Baylet - 31095 Toulouse Cedex 9

    Egalement, pour vos prochaines vacances, il reste encore quelques disponibilités sur nos sites de :
    . Barcarès
    . Bidart
    . Biscarrosse
    . Luchon
    . Valras

    N'hésitez pas à consulter notre site : mutuelle-depeche.fr

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances