Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°40

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • Existe-t-il des peaux à moustiques ?

    Illustration : Existe-t-il des peaux à moustiques ?

    Certaines personnes ont l’impression que les moustiques préfèrent leur peau à celle des autres. Si une prédisposition génétique existe, c’est surtout l’état physiologique qui fait la différence.
    Heureusement pour nous, sur les 3500 espèces de moustiques répertoriées, 300 seulement piquent l’homme. La majorité vit loin de nous et préfère d’autres vertébrés. Mais tous piquent. Plus exactement toutes. Car la femelle moustique puise dans le sang de ses hôtes les nutriments nécessaires à la fabrication et à la maturation de ses œufs.
    “Il est vital pour elle de passer inaperçue (...) pour accomplir sa besogne”, écrit Frédéric Simard dans Alerte aux moustiques? (Éditions Scitep). Pour cela, le moustique se sert de sa salive aux propriétés anesthésiantes et anticoagulantes. C’est aussi par la salive qu’il nous transmet certains virus. Au moment où il plante sa trompe, l’anticoagulant fluidifie le sang de sa victime tandis que l’anesthésiant supprime la douleur de la piqûre.
    Physiologie appétissante
    En fait, lorsque la piqûre se fait sentir, le coupable est déjà loin. La démangeaison dont nous nous plaignons est liée à une réaction allergique, variable selon les individus, qui se traduit visuellement par un bouton.
    La plus grande réactivité de certains joue beaucoup dans le sentiment d’être une cible privilégiée des moustiques. Existe-t-il cependant des “peaux à moustiques”? “Il y a en effet une prédisposition génétique à attirer les moustiques mais c’est surtout l’état physiologique qui va faire la différence”, affirme Frédéric Simard.
    Pour choisir son repas, madame moustique se fie aux odeurs subtiles (indétectables pour le nez humain) provenant des bactéries présentes à la surface de la peau. Or l’augmentation de la chaleur corporelle favorise l’activité bactérienne et la fabrication de composés aromatiques, rendant de cette façon certains épidermes particulièrement appétissants pour le moustique. C’est le cas des femmes enceintes, mais aussi des personnes ayant de la fièvre ou encore de celles ayant bu de l’alcool... Le moustique-tigre, espèce particulièrement vorace, pique même à travers les vêtements.

  • Alcool: pas plus de dix verres par semaine, selon une étude

    Illustration : Alcool: pas plus de dix verres par semaine, selon une étude

    Deux verres d'alcool maximum par jour et pas plus de dix par semaine, pour les hommes comme les femmes. C'est la recommandation d'un groupe d'experts indépendants qui vient de rendre ses conclusions à l'agence nationale Santé publique France et l'Institut national du cancer.
    Il ne s'agit à ce stade que d'un avis et non des recommandations officielles des autorités sanitaires françaises. Les textes actuels recommandent de ne pas dépasser deux verres d'alcool par jour pour les femmes et trois pour les hommes (2 verres de vin de 10 cl sont équivalents à 2 demis de bière ou 6 cl d'alcool fort).
    Les experts dénoncent un double discours Dans leur rapport, des experts conseillent de ne pas consommer d'alcool tous les jours et, pour les femmes enceintes et les adolescents, de ne pas en consommer du tout.
    Dans leur rapport, les experts conseillent de ne pas consommer d'alcool tous les jours et, pour les femmes enceintes, les jeunes et les adolescents, de ne pas en consommer du tout. Ils jugent également insuffisant l'avertissement actuel "L'abus d'alcool est dangereux sur la santé", qu'il voudrait remplacer par "Toute consommation d'alcool comporte des risques pour votre santé".
    Les huit experts (épidémiologistes, addictologues, etc.) pointent un "double discours public contradictoire": l'un "souligne le besoin de réduire la consommation d'alcool (...); un autre, guidé par le poids économique de l'alcool, promeut un patrimoine culturel". Ils préconisent donc de "mieux estimer les dépenses et les recettes publiques générées par la consommation d'alcool": "L'acceptation collective d'un niveau de risque ou de dommages lié à la consommation d'alcool permettrait de réconcilier les deux discours."
    Enfin, les experts recommandent de modifier le système de taxation: actuellement fixées selon le type de boisson (de 0,003 euro par verre pour le vin à 0,14 pour les spiritueux), les taxes devraient plutôt être proportionnelles à la quantité d'alcool.
    49 000 morts chaque année
    En 2016, la Cour des comptes avait publié un rapport sévère sur les faiblesses de la politique de lutte contre l'alcool en France. Elle estimait le poids économique du secteur des boissons alcoolisées à 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires.
    Responsable de maladies chroniques comme la cirrhose, certains cancers et certaines maladies cardiovasculaires, l'alcool cause 49 000 morts par an (13% de la mortalité pour les hommes et 5% pour les femmes).

  • Profitez pleinement de vos vacances

    Illustration : Profitez pleinement de vos vacances

    Ne passez pas à côté de vos vacances ! On vous dit comment se détendre et se relaxer pleinement pendant cette pause salutaire.
    Réussir ses vacances, cela ne s’improvise pas. Notre cerveau a besoin d’un temps d’adaptation pour basculer d’un mode “ gestion de projet du quotidien ”, au mood “ sea, rest and sun ” (cocktail auquel vous ajoutez les ingrédients de votre choix). Évitez de vous mettre la pression et laissez-vous le temps de glisser dans cet état de vacances afin d’en apprécier pleinement les possibilités : ensuite, appliquez ces règles d’or pour en profiter à fond les ballons.
    1 – Ton téléphone, tu oublieras de recharger.
    Cet appendice auquel nous sommes scotchés presque H24 dans la vie de tous les jours, il est temps de le poser. De feuilleter de vrais magazines papier qui ne craignent pas le sable de la plage et l’eau de la piscine, de discuter avec ceux qui partagent nos vacances plutôt que sur What’s app, de remettre à la rentrée les appels non indispensables et de consulter nos mails une fois tous les trois jours au max : en cas d’urgence, de vraie, on saura vous trouver !
    2 – Du bureau, tu déconnecteras.
    Au sens figuré, en mettant de côté le temps de vos vacances vos préoccupations et urgences professionnelles, qui attendront votre retour pour reprendre leurs cours, ou seront confiées à des collègues dûment briefés dans l’intervalle. Et au sens propre : il est interdit d’allumer son ordinateur professionnel, que l’on vous recommande de laisser dans sa housse chez vous, voire même au bureau, où il coulera lui aussi des vacances bien méritées.
    3 – Ton estomac, tu bichonneras.
    Finis les repas avalés à la vite derrière son écran ou en courant d’une réunion à l’autre : pour les vacances, on prend le temps de bien manger. Faites le marché, redécouvrez les produits de saison, concoctez de belles salades colorées et savourez des grillades marinées. Des plaisirs simples, bénéfiques pour la santé puisqu’on mange léger et varié.
    4 – Pour la sieste, tu ronfleras.
    La sieste est de plus en plus reconnue par la communauté scientifique pour ses effets positifs sur la santé. Notre rythme circadien nous programme pour dormir vers 14/15h, et l’on ressent souvent une baisse d’attention, des picotements dans les yeux et une certaine somnolence. Si vous ne travaillez pas (encore) dans l’une de ces entreprises qui ont compris que favoriser un court repos des salariés dans la journée boostait leur créativité et productivité, profitez des vacances pour écouter votre rythme interne. Allongez-vous après le déjeuner, et laissez votre corps décider si un temps calme lui suffit ou si un roupillon s’impose.
    5 – Pas trop tard, tu te coucheras.
    La grisante liberté des vacances peut nous inciter à se coucher plus tard que d’ordinaire, sans pour autant que notre organisme, bien dressé, ne retarde vraiment l’heure du réveil. Sans parler des parents de jeunes enfants qui eux, sont debout (et au taquet) tôt, vacances ou pas. Écoutez les signaux de votre corps lorsqu'il commence à appeler l’oreiller, et profitez d’être libéré de la logistique du quotidien (machines, rangement, sacs d’activités à préparer...) pour vous coucher sans traîner. À ce rythme, vous serez requinqué en moins de deux.
    6 – Aux enfants, du lest tu lâcheras.
    Les vacances sont un moment privilégié de retrouvailles familiales, où l’on voit plus nos enfants en une journée qu’en une semaine le reste de l’année. C’est un moment important, qui permet de se retrouver, de partager de bons moments avec eux, loin des contraintes et des règles du quotidien. Lâchez leur la bride sur les horaires, laissez-les choisir leurs vêtements, et donnez-leur voix au chapitre dans l’élaboration du programme de leurs journées.
    7 – Du temps pour toi, tu prendras.
    Manucure, massage, soin du visage, bain moussant : votre maître mot pour ces vacances, c’est détente ! Reconnectez-vous avec vous-même en bichonnant votre corps, soyez aux petits soins pour vous-même : vous l’avez bien mérité après cette longue année.
    8 – Des jeux, tu feras.
    Votre cerveau est en vacances, c’est le moment de lui administrer une cure d’entraînement ludique. Sudoku, mots croisés, programme d’entraînement cérébral : usez et abusez de ces défis ludiques qui stimulent vos neurones. N’oublions pas qu’à tout âge, le cerveau peut continuer à développer de nouvelles connexions, à condition d’être sollicité en dehors de ses habitudes quotidiennes.
    9 – Des sentiers battus, tu sortiras.
    Puisque vos habitudes sont mises entre parenthèses le temps des vacances, explorez de nouveaux horizons. Découverte d’un nouveau sport, apprentissage du tricot ou de la broderie : à vous de choisir ce qui deviendra peut-être votre future passion !
    10 – La rentrée, tu prépareras.
    Comment ça, parler de rentrée alors qu’on n’est même pas encore en vacances ? Pour faire durer le plus longtemps possible l’effet bénéfique des vacances, mieux vaut s’épargner une rentrée trop mouvementée, avec déballage des valises et courses de fournitures dans la cohue à la veille de la reprise. Rentrez chez vous deux ou trois jours avant le retour au bureau et / ou à l’école, rangez tranquillement vos affaires d’été, profitez-en pour faire un tri bien utile dans vos paperasses et objets divers entassés tout au long de l’année : vous voici prêt à ré-attaquer du bon pied !

  • Comment se débarrasser des mouches avec des répulsifs naturels ?

    Illustration : Comment se débarrasser des mouches avec des répulsifs naturels ?

    Marre d’entendre “ bzz ” toute la journée ? Il faut le reconnaître, les mouches ne sont pas méchantes, mais elles peuvent devenir très vite énervantes... Pour se débarrasser des mouches au plus vite et naturellement, suivez vite ces conseils de grand-mère.
    Les clous de girofle
    Piquez des citrons ou des oignons de plusieurs clous de girofle que vous placerez dans les pièces fréquentées par ces insectes volants. Renouvelez l’opération dès que nécessaire.
    La lavande
    Placez des bouquets de lavande dans votre maison. Vous pouvez aussi faire votre propre répulsif à la lavande : versez quelques gouttes d’huile essentielle de lavande vraie sur des morceaux de tissu. Placez-les dans chaque pièce de votre maison. Renouvelez l’opération dès que l’odeur a disparu.
    Le vinaigre blanc
    Disposez dans votre maison des petites coupelles remplies de vinaigre blanc. L’odeur les fera fuir.
    Le basilic et la menthe
    Ces plantes dégagent un parfum très désagréable pour les mouches. Pour chasser ces petites intruses, il vous suffit de placer des pots de basilic ou de menthe sur les rebords de vos fenêtres !
    Les huiles essentielles
    Mettez quelques gouttes d’huile essentielle de géranium rosat ou huile essentielle de citronnelle de java dans votre diffuseur. Ces répulsifs naturels repousseront les mouches loin de chez vous.

  • Vous voyagez en Europe cet été ? Pensez à votre carte d’Assurance-maladie

    Illustration : Vous voyagez en Europe cet été ? Pensez à votre carte d’Assurance-maladie

    Durant vos vacances à l’étranger, vous aurez peut-être besoin de soins médicaux. En Europe, vos frais peuvent être pris en charge par l’organisme de sécurité sociale local. Vous devrez toutefois être en possession de la Carte européenne d’Assurance-maladie. Pour vous la procurer, suivez le guide.
    Cet été, vous avez prévu de visiter un ou des pays de l’Union européenne. Avant votre départ (15 jours), procurez-vous la carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Elle vous permettra d’attester de vos droits à l’Assurance-maladie et de bénéficier d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux, selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de séjour.
    La CEAM est individuelle et nominative. Chaque membre de votre famille doit avoir la sienne, y compris les enfants de moins de 16 ans. Aucun document n’est à fournir lors de votre demande. A noter que les cartes délivrées depuis le 1er juillet 2014 sont valables 2 ans maximum.
    Comment faire ?
    En pratique, vous pouvez demander votre CEAM :
    – par internet : connectez-vous sur votre compte ameli ;
    – par téléphone : composez le 36 46 (service 0,06 €/min + prix appel),
    – sur place, en vous rendant dans un des points d’accueil de votre caisse d’Assurance-maladie.
    Votre départ est imminent ? Si votre départ a lieu dans moins de 15 jours, votre caisse d’Assurance-maladie vous délivrera un certificat provisoire de remplacement, valable trois mois. Il atteste de vos droits et vous pourrez l’utiliser dans les mêmes conditions que la CEAM. “ Attention ”, prévient l’Assurance-maladie, “ avant de partir, renseignez-vous sur l’état sanitaire du pays et vérifiez les frais médicaux qui pourront rester à votre charge. Dans certains pays, ceux-ci coûtent très cher. Il est donc recommandé de souscrire un contrat d’assistance ou d’assurance ”.

  • Tabac : forte hausse des prix annoncée pour 2018

    Illustration : Tabac : forte hausse des prix annoncée pour 2018

    La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, souhaite augmenter “fortement, dès 2018, le prix du tabac”, écrit-elle dans sa feuille de route adressée au Premier ministre et consultable le site spécialisé Hospimedia.
    “Mon objectif est que la génération qui naît aujourd'hui soit la première sans tabac”, souhaite la ministre dont la proposition fera l'objet d'un arbitrage d'Édouard Philippe.
    “La lutte contre le tabagisme, qui constitue la première cause évitable de mortalité, sera intensifiée en finançant aussi des actions de prévention, de sevrage et de recherche appliquée”, a détaillé Agnès Buzyn.
    Le 16 juin, dans une interview au journal Le Parisien/Aujourd'hui en France, la nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé avait assuré qu'elle n'était “pas contre” une hausse du paquet de cigarettes à dix euros, sans évoquer de calendrier.
    Le président de la République, Emmanuel Macron, avait avancé cette idée en mars, lorsqu'il n'était que candidat.
    Une telle mesure représenterait une hausse de près de 50 % pour le consommateur. Le prix moyen du paquet oscillant actuellement de 6,50 € à 7 €.
    Jamais une hausse si importante du prix du paquet n'a été décidée. Il s'agirait d'une première qui suscite déjà le rejet des cigarettiers, comme des buralistes.
    “Même s'il n'y a pas de tabou en ce qui concerne d'éventuelles augmentations des prix du tabac, commente Benoît Bas, directeur des relations extérieures de Japan Tobacco International, celles-ci doivent se faire de manière raisonnable afin de ne pas faire exploser encore plus le marché parallèle”.
    Agnès Buzyn souhaite également conduire d'autres chantiers.
    “Des actions porteront notamment sur l'alcool, l'obésité, la sédentarité, la prévention des cancers, la santé au travail et la santé dans les lieux de privation de liberté”, promet-elle.

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Priorité santé mutualiste
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances