Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°47

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • Dossier Médical Partagé (DMP) : la mémoire de votre santé

    Illustration : Dossier Médical Partagé (DMP) : la mémoire de votre santé

    Le Dossier Médical Partagé (DMP) est un nouveau service de l’Assurance Maladie. Simple, utile et sécurisé, il permet aux assurés de conserver leurs informations de santé en ligne et de les partager avec les professionnels de santé de leur choix, qui pourront ainsi mieux les soigner. Après une phase d’expérimentation, le DMP est désormais disponible partout en France.
    Véritable carnet de santé numérique, le DMP conserve la mémoire de la santé de chaque patient : historique de soins des 24 derniers mois, traitements suivis, résultats d’examens, antécédents médicaux, comptes rendus d'hospitalisation, etc. Il est particulièrement utile pour les personnes ayant souvent recours aux soins comme les patients atteints d’une maladie chronique ou les femmes enceintes. Ainsi, même en cas d’urgence ou loin de chez soi, on peut être soigné et suivi plus efficacement.
    Un meilleur suivi pour une meilleure santé
    Gratuit et confidentiel, le DMP est avant tout un service utile pour la santé ! En simplifiant et en sécurisant le partage des informations de santé utiles à la prise en charge d’un patient, le DMP favorise la coordination et la qualité des soins entre tous les professionnels de santé, même à l’hôpital. Les informations de santé du patient (déposées dans le DMP par les professionnels de santé qui le prennent en charge ou par le patient lui-même) sont accessibles à tout moment sur le site dmp.fr ou via l’application mobile DMP. Elles peuvent être consultées, avec l’accord du patient, par son médecin traitant ou par tout professionnel de santé qui est amené à le prendre en charge. À chaque instant, le patient garde le contrôle de l’accès au service, qui est hautement sécurisé. Il peut ajouter une information (personne à prévenir en cas d’urgence, personne de confiance, directives de fin de vie, etc.) ou décider de masquer certains documents, et peut être averti par e-mail chaque fois qu’un nouveau document est ajouté.
    Comment créer son DMP ?
    Pour créer un DMP, il suffit de se munir d’une carte Vitale et de se connecter au site www.dmp.fr. Il est également possible de créer son DMP ou celui de son enfant directement en pharmacie ou à l’accueil de sa caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). Chaque personne bénéficiant d’un régime de sécurité sociale peut disposer d’un DMP.

  • Les astuces pour manger sainement au printemps

    Illustration : Les astuces pour manger sainement au printemps

    Les légumes du printemps sont variés et riches en nutriments. C’est le moment de faire le plein d’artichauts, d’asperges, de petits pois frais et de radis, de faire pousser des herbes aromatiques sur le rebord de la fenêtre et de savourer les aliments sains dans notre assiette.
    Quand les premiers rayons du soleil printanier commencent à nous réchauffer, nous bonnes résolutions du début de l’année peuvent refaire surface. Si vous avez décidé de revoir votre alimentation, vous avez de la chance. Les nouvelles récoltes de fruits et de légumes pointent le bout de leur nez sur les étals des commerces, et peuvent ainsi faciliter la tâche pour manger de façon équilibrée, tout en se faisant plaisir.
    Choisir les bons légumes :
    Quand il s’agit de légumes, vous ne pouvez pas vous tromper : plus on en mange, mieux c’est. Chaque légume contient des nutriments différents, et le printemps nous offre une sélection aussi variée que savoureuse. Les artichauts, par exemple, nous aident à atténuer la sensation de faim : ils nous obligent à manger lentement, et sont riches en fibres rassasiantes. Par ailleurs, les asperges, les petits pois frais, et les radis de toute sorte contiennent des composés bénéfiques qui aident à protéger notre santé.
    Dès le matin
    • Un petit déjeuner savoureux peut également se composer d’une portion de légumes, rappelle le site Consumer Reports. Une omelette aux feuilles d’épinard, une tranche de pain complet grillé avec de l’avocat arrosé d’huile d’olive et de jus de citron... faites des tests selon vos envies.
    • Au déjeuner, ajoutez des carottes râpées à votre sandwich, et des betteraves à votre smoothie.
    • Le soir, des frites de patate douce, du quinoa, et une salade de chou vont parfaire le menu. Les restes du dîner peuvent d’ailleurs représenter une excellente base de légumes pour le petit déjeuner du lendemain.
    Un changement par jour :
    La moindre modification de nos habitudes peut améliorer considérablement notre santé. Remplacer les grignotages sucrés par une poignée de noix ou par un fruit, boire de l’eau à la place du soda, ne pas consommer de viande un jour par semaine, opter pour du riz et des pâtes complètes, et privilégier l’huile d’olive au lieu du beurre font partie des changements bénéfiques qui peuvent être facilement intégrés au quotidien.
    Un jardin d’herbes fraîches
    Les herbes aromatiques fraîches sont faciles à cultiver, même sur le rebord d'une fenêtre. Non seulement elles peuvent améliorer la qualité nutritionnelle de vos plats, mais ajoutent aussi de la saveur aux aliments, et vous aident à utiliser moins de sel. Les herbes comme le basilic, l'origan et le persil contiennent des antioxydants qui aident à protéger contre les dommages cellulaires. Cultivez-les et ajoutez-en à vos salades, soupes, plats de légumes, ou préparez un pesto pour assaisonner les pâtes et les légumes.
    Savourez les parfums :
    Les desserts et les cheeseburgers ne sont pas les seuls à pouvoir nous faire saliver de plaisir. Les aliments sains ont un goût étonnant, comme les fraises parfaitement mûres, les asperges fraîchement cueillies, une pomme croustillante, sucrée et juteuse ou le maïs frais en épi. Prendre le temps de remarquer ces parfums et de savourer des aliments sains vous aidera à vous sentir plus satisfait.

  • 3 conseils pour adopter la bienveillance

    Illustration : 3 conseils pour adopter la bienveillance

    La bienveillance, c'est comme la gratitude, ça se cultive. Etre attentif à l'autre fait du bien à son entourage et à soi-même. Trois conseils pour développer cette qualité.
    Être bienveillante, c'est être dans l'écoute, le partage, la reconnaissance de l'autre. Et cela contribue à notre propre épanouissement. Voici trois conseils pour l'être envers les autres, mais aussi envers soi-même.
    ON PRATIQUE L'ÉCOUTE EMPATHIQUE
    Être attentive à l'autre est la clé d'une relation harmonieuse. Savoir écouter, c'est un art de vivre et d'aimer que l'on doit peaufiner.
    - Lorsque l'on discute avec une personne, on tâche de se montrer accueillante et compréhensive, on essaye de se mettre à sa place.
    - On l'écoute en faisant preuve d'empathie. Et surtout, sans juger, sans critiquer ni chercher à imposer notre point de vue.
    - On nourrit la conversation en étant positive.
    ON S'ENTRAÎNE À REMERCIER
    Lorsque l'on témoigne notre reconnaissance à quelqu'un, c'est la preuve que la personne compte pour nous, qu'elle nous importe et qu'elle nous "apporte". La reconnaissance est un signe de bienveillance.
    - On peut remercier une personne qui nous a simplement fait passer un moment agréable ou qui nous a appris quelque chose d'intéressant.
    - On remercie cet ami qui nous a donné un contact utile, professionnel ou personnel.
    - On remercie ce voisin qui nous a prêté sa tondeuse.
    - On remercie notre baby-sitter qui s'est bien occupé(e) de notre bébé.
    - On remercie cette copine qui nous a conseillé un film, un livre ou une musique que l'on a apprécié(e), en partageant notre enthousiasme.
    - Peu à peu, on élargit ce champ de reconnaissance.
    Nos liens sociaux vont se solidifier et trouver des ramifications, pour notre plus grand bien.
    ON SE PARLE COMME À UN AMI
    Faire preuve d'empathie et de bienveillance envers soi-même renforce la confiance en soi.
    - On s'isole au calme et on entame un dialogue avec soi-même, de la même façon qu'on le ferait avec un(e) ami(e) : "Qu'est-ce qui ne va pas ? Depuis quand es-tu tendue ? Est-ce que quelque chose de précis te préoccupe ?"...
    - On profite de cet instant pour se pardonner les erreurs que l'on a pu commettre.
    - On fait la liste de nos qualités, nos points forts, nos talents sur une feuille. Puis on imagine de quelle façon on va pouvoir utiliser tous ces atouts pour réussir et nous épanouir.
    - On prend le temps d'apprécier ce moment, de sentir l'effet qu'il produit sur nous.

  • Tout se recycle, les médicaments aussi !

    Illustration : Tout se recycle, les médicaments aussi !

    Deux organismes se chargent de récolter et recycler les médicaments non utilisés ou les aiguilles afin de préserver et l’environnement et notre santé à tous.
    CYCLAMED recycle les médicaments non utilisés
    L’association Cyclamed a pour mission de collecter et de valoriser les médicaments non utilisés, dits MNU, à usage humain, périmés ou non, rapportés par les patients eux-mêmes dans les pharmacies. Son objectif est de sécuriser l’élimination de ces médicaments afin de préserver l’environnement et la santé publique.
    En 2017, 11 083 tonnes de médicaments non utilisés des ménages ont été collectées par les pharmacies. C’est déjà bien, mais pourquoi ne pas faire plus et mieux ?
    Après un traitement ou tous les 6 mois, vous pouvez passer en revue votre armoire à pharmacie et trier. Attention, seuls les médicaments sont à rapporter en pharmacie : les emballages et notices doivent eux être jetés (en respectant le tri sélectif !)
    Les médicaments non utilisés représentent un risque potentiel pour toute la famille et plus particulièrement celui de la confusion médicamenteuse pour les seniors ou l’ingestion accidentelle par les enfants. Par ailleurs, jetés dans la poubelle, dans l’évier ou dans les toilettes, les médicaments peuvent polluer les sols et les rivières car ils contiennent des principes actifs.
    DASTRI recycle les aiguilles
    DASTRI est l’éco organisme national qui collecte et traite les déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés (DASRI). Les “ boîtes à aiguilles ” permettent le traitement de ce type de déchets. Il existe alors deux types de bénéficiaires : les patients en auto-traitements et les utilisateurs d’autotest de diagnostic de maladies infectieuses transmissibles (du type autotests VIH).
    À savoir, sur simple présentation d’une ordonnance, ou lors de l’achat d’un autotest de diagnostic de maladies infectieuses transmissibles, ces boîtes à aiguilles jaunes à couvercle vert sont mises à disposition gratuitement des bénéficiaires. Toutes les pharmacies les distribuent ainsi gratuitement, de même qu’elles récupèrent les boîtes une fois pleines (une géolocalisation des points de collecte est disponible sur le site)
    Plusieurs formats existent : celui de 1,5 litre, celui de 2 litres et le format “ voyage ” de 0,5 litre particulièrement adapté lorsque l’on est en déplacement.

  • Et si on arrêtait de surconsommer ?

    Illustration : Et si on arrêtait de surconsommer ?

    "Ce truc, en ai-je vraiment besoin ?". Si vous vous êtes posé un jour la question, bravo, c'est le point de départ de la méthode "bisou", une astuce qui aide à moins consommer.
    À l’heure où tous les produits de la planète sont à portée de souris, difficile de ne pas succomber à la fièvre acheteuse. Il existe pourtant des astuces pour s’en protéger. “ Ne pas garder sa carte bleue à portée de main quand on va sur Internet, faire ses courses juste avant un rendez-vous pour aller à l’essentiel ”, conseille la neuropsychologue Marie-Ange Alexandre. On peut plébisciter les boutiques d’occasion (la mode vintage est très tendance), louer ou emprunter plutôt qu’acheter cette perceuse qui vous servira peu, réparer plutôt que remplacer, se désabonner des alertes de promotions sur Internet.
    Pour arrêter d’accumuler et acheter moins mais plus durable, il faut changer ses habitudes. “ Commencez par appliquer la méthode “ bisou ”, suggèrent Marie Lefèvre et Herveline Verbeken. Demandez-vous à quel Besoin correspond cet achat, si vous devez l’acheter Immédiatement, si vous n’avez pas quelque chose de Semblable, quelle est l’Origine du produit et si cet achat vous sera vraiment Utile. ” Et ce, quel que soit votre niveau de vie : acheter quatre sacs à main d’une marque de luxe ou douze tee-shirts à 2 € est tout aussi inutile et néfaste pour l’environnement.
    Pour la sophrologue Latifa Gallo, cette politique “ du moins ” peut également s’appliquer à notre vie sociale et personnelle. “ Moins de sédentarité, ne serait-ce qu’en marchant davantage, va créer moins de stress. Arrêter de se comparer et de se mettre des pressions sociales inutiles et stériles aidera à se sentir mieux. Et essayer d’être moins pessimiste permettra d’apprécier les petits plaisirs du quotidien. ”
    Et l’argent, dans tout ça ? Nécessaire, il ne doit pas gouverner nos vies. Pour Marie Lefèvre et Herveline Verbeken, il faut en finir avec le “ travailler plus pour gagner plus et dépenser plus ”.
    Voire, selon les situations personnelles, s’autoriser à travailler moins pour simplement profiter de la vie, en consommant moins mais mieux. “ Aucune possession ne nous apportera le bonheur. ” Alors que du temps partagé avec ceux qu’on aime, ou consacré aux autres, si, assurent sans détour les deux auteures.

  • Toulouse, Les Villas des Tilleuls, des loyers modérés pour tous

    Illustration : Toulouse, Les Villas des Tilleuls, des loyers modérés pour tous

    Situés au 237 route de Saint Simon, à Toulouse, huit T2 et quatre T3 sont proposés aux adhérents des Mutuelles du Groupe La Dépêche du Midi, à leurs ayants droit et, plus largement, aux membres de leurs familles.
    La résidence est située à proximité des écoles, lycées, fac et siège de La Dépêche, ainsi que des transports en commun.
    Implantés sur 1 500 m2, ces 12 logements en duplex sont répartis dans 5 bâtiments et disposent tous d’un parking, dont un est réservé aux personnes à mobilité réduite. Un local collectif est réservé aux deux-roues.
    Les appartements, d’une superficie de 48 à 62 m2, respectent les normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) d’isolation phonique et thermique, ainsi que les normes handicapés avec, notamment, toilettes et douches au rez-de-chaussée et à l’étage. Certains bénéficient d’une terrasse et/ou d’un jardin.
    La gestion de ces logements locatifs est assurée par la Mutuelle Réalisations Sociales du Groupe La Dépêche du Midi qui applique des tarifs avantageux, en phase avec sa politique sociale. Les loyers mensuels des locations s’établissent comme suit, charges comprises :
    • T2 : 554 €
    • T2 avec jardin : 604 €
    • T3 : 665 €
    • T3 avec jardin : 715 €
    Renseignements : mutuelle@ladepeche.fr
    tél. 05 62 11 35 00 (de 10h à 12h et de 14h à 16h)

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances