Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°42

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • 6 raisons qui expliquent le hoquet

    Illustration : 6 raisons qui expliquent le hoquet

    Les contractions répétées du muscle du diaphragme peuvent nous gâcher la journée. Apprenez à détecter les causes d’un hoquet et à limiter les crises.
    Nous avons tous souffert tôt ou tard d’une crise de hoquet. Ces contractions involontaires du muscle du diaphragme sont ennuyeuses et parfois très gênantes, surtout lorsqu’elles se prolongent. En comprenant les causes, vous pouvez essayer de les prévenir et de les éviter plus facilement.
    Manger trop vite
    La cause principale du hoquet est habituellement liée à la consommation de nourriture. Manger trop rapidement, manger trop d’aliments, ou manger des aliments épicés, trop chauds ou trop froids, peut provoquer le hoquet. La prévention consiste donc à apprendre à manger lentement, et à éviter les excès.
    Les mauvaises habitudes
    Boire de l’alcool et fumer des cigarettes ne sont pas seulement des habitudes néfastes pour la santé, elles peuvent également provoquer le hoquet. En évitant d’en abuser, vous pouvez limiter les situations gênantes.
    L’état émotionnel
    Un stress ou une excitation intenses peut déclencher une crise de hoquet. Lorsque vous sentez que l’adrénaline commence à monter, ou que votre rythme cardiaque s’accélère, n’oubliez pas de respirer, conseille le site Reader’s digest.
    Le reflux gastrique
    Le hoquet peut être lié à une pathologie très fréquente, le reflux gastro-œsophagien. Il peut arriver qu’un cercle vicieux se créé quand le hoquet augmente les symptômes du reflux, et que le reflux déclenche le hoquet. Un professionnel de santé peut aider les patients à soigner cette maladie, et limiter ainsi le hoquet.
    La chirurgie
    Dans certains cas, la chirurgie abdominale peut provoquer des hoquets, ainsi que des tumeurs au ventre, des troubles du système nerveux central, ou des accidents vasculaires cérébraux, indique Reader’s digest. Si les symptômes ne s’atténuent pas en quelques heures, consultez un médecin.
    Des problèmes rares
    En cas de hoquet persistant, qui dure plus de 48 heures, la cause peut venir du reflux gastro-œsophagien, d’un médicament, d’une maladie neurologique, de diverses infections, ainsi que, dans les cas les plus rares, d’un cancer. En cas de hoquet persistant, les professionnels peuvent vous proposer des traitements anti-acidité, ou des solutions pour soigner les problèmes du système nerveux. Des interventions chirurgicales mineures aident à bloquer certains nerfs lorsque les médicaments ne sont pas suffisants.
    Les solutions anti-hoquet
    Le hoquet vous gâche la vie ? Vous pouvez essayer les techniques les plus connues : retenez votre respiration, buvez lentement un grand verre d’eau, laissez fondre un sucre sur votre langue, allongez-vous et détendez-vous en respirant lentement, ou posez un glaçon sur votre ventre.

  • Pourquoi respirer profondément aide à se calmer ?

    Illustration : Pourquoi respirer profondément aide à se calmer ?

    Des chercheurs américains ont identifié le circuit de neurones responsable de la connexion entre la respiration et le sentiment de calme.
    La respiration est une action inconsciente et involontaire qui rythme notre vie. Depuis des millénaires, les êtres humains ont compris que respirer lentement et profondément aide à réduire le stress et à calmer les nerfs. Aujourd’hui, après avoir mené des tests sur des souris, des chercheurs de l’université de Stanford, aux Etats-Unis, pensent en avoir compris la raison biologique.
    Leurs travaux, publiés par la revue Science et cités par Live Science, ont permis d’identifier le circuit de neurones qui régule la connexion entre la respiration et l’activité cérébrale qui affecte la nervosité et la sensation de calme. Ces résultats sont l’aboutissement d’années de travail dont le but était de mieux comprendre le mécanisme cérébral responsable du rythme respiratoire.
    Soigner deux troubles importants
    L’équipe a ainsi repéré un sous-ensemble de neurones qui transmettent des signaux à une région du cerveau associée aux sentiments de vigilance, d’attention et de stress. Elle a également constaté que ces neurones expriment deux protéines contrôlées à leur fois par deux gènes différents, ce qui ouvre la porte au développement de médicaments capables de cibler ces gènes.
    Les personnes souffrant de troubles paniques, par exemple, ont du mal à contrôler leur respiration, et certaines attaques sont provoquées par une hyperventilation. D’autre part, les bébés à haut risque du syndrome de mort subite du nourrisson pour des raisons génétiques ou de naissance prématurée, ont également des problèmes lorsque le cerveau ne détecte pas un manque d’oxygène pendant le sommeil. Dans ces deux cas, estiment les scientifiques, un traitement préventif pourrait être intéressant.

  • Les prix des médicaments vendus sans ordonnance ont progressé en un an de 4,3%

    Illustration : Les prix des médicaments vendus sans ordonnance ont progressé en un an de 4,3%

    Les prix des médicaments vendus sans ordonnance ont progressé en un an de 4,3 %, avec d’énormes disparités, rapporte le baromètre annuel de l’observatoire Familles rurales. Selon les relevés effectués dans 40 magasins et sur 43 sites internet en octobre, le prix du panier étudié a augmenté de 4,3 % en un an, alors que l’inflation n’était que de 1,1 %, écrit le quotidien.
    Depuis 2010, cet observatoire scrute l’évolution tarifaire d’une quinzaine de produits, parmi les plus consommés. “ Un produit d’usage fréquent tel que l’Activir, utilisé contre l’herpès, a vu son prix moyen baisser de 7,1 % en 2016 puis s’envoler de 9,8 % cette année. Le Dacryum, solution de lavage oculaire, coûte 9,6 % de plus que l’an dernier. Dans certains endroits, il se trouve à 1,95 euros la boîte et dans d’autres à... 8,50 euros. Soit 3,4 fois plus cher ”, détaille l’étude. Sur les produits regardés à la loupe par Familles rurales, seuls deux sont en baisse : l’Imodium (− 2,2 %) et le Strepsils (– 1 %).
    Des achats sur Internet moins intéressants
    L’étude relève que les variations de prix sont plus importantes “ dans les officines ”. La boîte de Nicopass, pour cesser de fumer, peut y être facturée 13,90 euros comme 34,10 euros. Faut-il préférer Internet ? questionne le journal. “ En moyenne, tous les produits comparés y sont moins chers. Cependant, insiste Famille rurales, “avec des frais de port de 5,92 euros en moyenne par commande, l’achat en ligne est moins intéressant”. ”
    Le président de Familles rurales, Dominique Marmier, met en garde contre les idées reçues concernant les prix dans les grandes et moyennes surfaces (GMS). Son association a comparé le prix du sérum physiologique utilisé pour les jeunes enfants. En prix moyen, les pharmacies sont meilleures : 4,26 euros la boîte de 40 doses contre 5,26 euros en GMS (toutes marques confondues). Mais certaines pharmacies font dans l’excès, avec un prix culminant à 9,90 euros, contre 7,60 euros maximum en GMS.

  • 5 aliments qui pompent notre énergie

    Illustration : 5 aliments qui pompent notre énergie

    Il y a les aliments anti fatigue... et les autres, à éviter en cas de grosse fatigue. On vous détaille ces ennemis du bien-être.
    Système immunitaire flagada, tension en berne, petites nuits à répétition : vous êtes en petite forme, et vous cherchez des moyens pour rebooster votre jauge d’énergie. Ces aliments sont à proscrire le temps de vous requinquer si vous ne voulez pas épuiser davantage votre organisme.
    En cas de grosse fatigue, choisissez votre huile
    Éliminez provisoirement les huiles riches en acides gras saturés (le mauvais gras, comme l’huile de colza, l’huile de palme ou de tournesol, qui font grimper le taux de cholestérol dans le sang et alourdissent la digestion). Préférez-leur des huiles non raffinées, comme l’huile d’olive, riche en acide gras insaturés qui ont des effets positifs sur le système cardio-vasculaire.
    Fatigue intense ? Fuyez les sucreries
    Le manque de sommeil met le bazar dans la sécrétion des hormones régulatrices de l’appétit. Puisque l’organisme est en manque d’énergie, il secrète de la ghréline, qui stimule l’appétit, puis de la leptine lorsqu’il s’estime rassasié.
    Ces fringales nous poussent souvent vers des aliments réconfortants, de préférence sucrés ou gras, qui apportent un coup de boost intéressant, puis nous laissent encore plus vidés une fois le pic d’insuline passé.
    Les bonbons, gâteaux et autres gourmandises, riches en sucres, demandent beaucoup d’énergie pour être digérés, ce qui fatigue encore le système immunitaire déjà pas bien vaillant. Si vraiment la fringale est trop impérieuse, optez pour des fruits frais, riches en vitamines, ou des produits à bas de sucre complet non raffiné.
    Voir rouge sur la viande rouge
    Si les protéines sont nécessaires à notre métabolisme, mieux vaut privilégier d’autres sources que la viande rouge lorsqu’on se sent fatigué. En plus d’être difficile à mâcher, sa digestion demande beaucoup d’énergie à l’organisme alors qu’il n’en a déjà plus beaucoup.
    Tournez-vous plutôt vers des viandes maigres (poulet, viande blanche) ou des poissons, moins riches et donc moins complexes à digérer.
    Le café, faux ami
    Lorsqu’on est fatigué, la tentation est grande d’enchaîner les cafés pour profiter de son effet coup de fouet. Sauf qu’ensuite, les pics de glycémie entraînés par sa consommation laissent l’organisme encore plus affaibli, et peuvent provoquer l’apparition d’une fatigue chronique. Ballot tout de même ! Comment étancher votre soif d’énergie ? Buvez plutôt du thé ! La théine stimule l’organisme, et vous bénéficiez des effets à long terme des antioxydants qu’il contient. Tout bénèf.
    Reposer son verre pour ne pas trinquer
    La digestion de l’alcool, riche en sucres, exige un gros effort de la part du foie, qui utilise beaucoup d’énergie pour effectuer son travail de nettoyage. Plutôt que de lui rajouter des heures supp’ en descendant de nombreux verres, mieux vaut éviter l’alcool le temps de se requinquer, et privilégier l’eau, indispensable pour éliminer les déchets qui encombrent les cellules.

  • Les bonnes résolutions 2018

    Illustration : Les bonnes résolutions 2018

    Comme chaque année, vous décidez enfin de changer de comportement. Pour vous aider, voici une liste de bonnes résolutions à cocher. Imprimez, signez le contrat, et vérifiez dans un an...
    - Arrêter de fumer
    - Maigrir de plusieurs kilos
    - Ne plus grignoter entre les repas
    - Faire du sport
    - Ne plus me mettre en colère pour une broutille
    - Ne plus remettre à demain ce que je peux faire immédiatement
    - Appeler mes parents une fois par semaine.
    - Appeler mes beaux-parents de temps en temps, mais pas trop souvent ...
    - Lire au moins un livre par mois
    - Ne plus regarder d’émission idiote à la télé
    - Jouer moins avec la console de jeu vidéo des enfants
    - Ne plus faire d’ordinateur le dimanche
    - Dépenser moins en vêtements
    - Dépenser moins en chaussures
    - Économiser pour les vacances
    - Boire un peu moins de bière
    - Écouter avec attention les histoires de bonne femme de ma femme
    - Écouter avec l’air passionné les histoires de mec de mon mari.
    - Rire aux blagues de mon mari
    - Arrêter de faire des jeux de mot qui ne font rire que moi
    - Penser à fêter les anniversaires
    - Envoyer une carte de voeux pour le nouvel an
    - Demander une augmentation à mon chef de service
    - Refaire mon CV et chercher un meilleur job
    - J'arrête de m'auto-stresser
    - Je me couche plus tôt
    - Je me lève moins tard
    - J'adhère à une association
    - Je donne au téléthon
    - Conduire de façon plus cool
    - Essayer de retrouver mes points de permis
    - Passer mon permis
    - Repeindre les volets
    - Ranger le garage
    - Entretenir mieux le jardin
    - Mettre la musique moins forte
    - Me laver les dents deux fois par jour
    - Aller chez le dentiste
    - Ne plus dire de mal de ce collègue idiot, car c’est pas sa faute.
    - Arrêter de faire des résolutions en début d’année que je ne pourrai pas tenir.
    - Agir pour diminuer les excès du réveillon.
    - Ne pas reprendre un plat même si c'est bon.
    - Ne pas acheter juste parce que c'est nouveau.

  • Yoga et natation, relaxation assurée

    Illustration : Yoga et natation, relaxation assurée

    Une complémentarité au top
    La natation est un sport plutôt cardio alors que le yoga plutôt renforcement et stretch donc on a ici les 3 bases du triangle de la forme. Le yoga, qui va venir muscler le dos et les abdos profonds, se révèle par ailleurs intéressant pour les nageurs. Et inversement, puisque la natation puise dans les graisses et favorise une jolie ligne et une meilleure endurance face aux postures des yogis. Les yogis qui ne se sentent pas à l'aise dans les bassins peuvent dans un premier temps s'y habituer par le biais de cours d' aquayoga . En effet, on sera ici dans un bassin où l'on a pied et où l'eau est chaude. L'aquayoga se révèle aussi bénéfique pour les nageuses désirant s'initier au yoga d'abord dans l'eau. Toutefois, dans ce cas, un conseil : il faut veiller à pratiquer, en parallèle, un sport sur terre comme la marche rapide, la corde à sauter ou la musculation, afin de lutter contre l'ostéoporose . En effet, les mouvements dans l'eau sans impacts n'ont aucun effet sur la construction osseuse ”.
    Relaxation et respiration, piliers du yoga et de la natation
    Le yoga et la natation se rejoignent en de nombreux points, avec, au premier rang, la relaxation. Si l'on est plutôt adepte du sport détente, calme, relaxant, la natation est une activité parfaite. Le silence de l'eau, la glisse, la sensation de flotter sont des éléments intéressants pour aider le corps à se détendre. Un peu comme sur son tapis de yoga, dans l'eau, on ne pense plus à rien. D'ailleurs , les nageurs de haut niveau ne font pas que performer dans les bassins. Ils s'y détendent aussi ! Avant et après chaque séance de natation, les nageurs olympiques se détendent dans l'eau, ils descendent vers le fond et remontent à la surface, avec le moins de mouvements possibles. Parmi les autres similitudes, la maîtrise de la respiration. D'ailleurs, si l'on nage en fractionné, (alternance de longueurs rapides et plus lentes), on aura moins de problèmes de souffle pour enchaîner les postures et tenir plus longtemps.
    Mal de dos, même combat
    Si l'on est sujet au mal de dos, yoga et natation sont nos meilleurs alliés. Dans ce cas, leur complémentarité est particulièrement intéressante : ces deux activités, (notamment la nage sur le dos) travaillent l'hyper-extension de la colonne, et donc le renforcement des para et intervertébraux. Or, quand ils sont costauds, ces petits muscles qui soutiennent les vertèbres diminuent les maux de dos.

  • Détox : 3 étapes pour retrouver son équilibre après les fêtes

    Illustration : Détox : 3 étapes pour retrouver son équilibre après les fêtes

    Après les fêtes, notre corps a besoin de se remettre des excès et de se ressourcer pour retrouver sa vitalité. Découvrez un programme détox facile à suivre pour débarrasser votre corps des graisses et autres toxines accumulées pendant les fêtes.Teint terne, cheveux raplaplas, fatigue, irritabilité... Après les (nombreux) repas des fêtes de fin d’année, notre organisme tire la sonnette d’alarme et réclame du repos.Pour l’aider à retrouver son équilibre, on s’offre un régime détox en trois étapes pour se purifier et se débarrasser des toxines accumulées.Mais attention, l’objectif de ce régime n’est pas de maigrir mais de nettoyer son corps de l’intérieur afin de retrouver santé et vitalité !
    On fait le tri dans son frigo
    Un régime détox implique des règles diététiques et une bonne hygiène de vie. Pour éviter de craquer sur les restes de bûche glacée ou de foie gras, on fait le tri dans son frigo pour ne garder que les produits qui sont bons pour nous !
    A consommer à volonté : les fruits, les légumes et les céréales complètes ! Ces trois groupes d’aliments pleins de vitamines, d’antioxydants et de fibres sont l’idéal pour nettoyer l’organisme et améliorer la digestion.
    On remplace la viande rouge par des poissons maigres comme le cabillaud ou le turbo, que l’on cuit à la vapeur pour un minimum de calories.
    Et surtout on s’hydrate ! Au moins 1,5 litre d’eau par jour, à consommer sous toutes ses formes : thé, tisane, bouillon... Si possible, on privilégie les tisanes "spécial détox" et les eaux minérales pauvres en sel mais riches en magnésium pour éviter les coups de fatigue.
    A bannir : le gras, le trop salé, le trop sucré. Je dis adieu aux sodas et autres sucreries, mais aussi à la charcuterie, aux viandes rouges, au beurre et à l’huile..
    C’est également l’occasion ou jamais pour prendre une bonne résolution avant l’heure et d’arrêter de fumer !
    Pour purifier son organisme tout en donnant de la saveur à mes plats, on utilise des herbes aromatiques pour assaisonner les plats. Romarin, persil, sauge, thym, basilic... Riches en chlorophylle, les herbes apportent de la vitalité à l’organisme, et sont les alliées idéales pour un teint frais !
    On rétablit son équilibre acido-basique après les fêtes
    L’équilibre acido-basique est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme, notamment pour éviter les problèmes de santé, de digestion, ou encore la fatigue.
    L’acidité de notre alimentation est naturellement trop élevée pour être correctement assimilée par l’organisme. Pour compenser, on fait le plein d’aliments à forte teneur en minéraux alcalinisants (au pH basique, à l’opposé du pH acide des aliments non alcalinisants), comme le calcium, le potassium et le magnésium.
    Les légumes verts (brocolis, épinards, haricots verts...) et les céréales complètes font partie de nos meilleurs alliés, à consommer sans modération.
    En revanche, les produits laitiers et les crudités telles que les asperges, les tomates ou le cresson, très acides sont à éviter. Les fruits peuvent être consommés avec modération, en raison de leur forte teneur en sucres (très acidifiants) : seul le citron peut être consommé à volonté en raison de ses vertus alcalinisantes.
    Pendant une semaine, je fais un régime citron. Dilué dans une bouteille d’eau à siroter toute la journée, en assaisonnement sur du poisson ou dans une salade, il est non seulement un allié détox mais aussi minceur, puisqu’il permet réguler le système digestif, étape cruciale dans l’élimination !
    Pour compléter notre cure détox, on donne un petit coup de pouce à notre organisme à l’aide de compléments alimentaires ou de remèdes naturels à base de plantes.
    Les huiles essentielles sont également des alliées détox : quelques gouttes sur un sucre ou sur du pain suffisent à booster nos défenses immunitaires et à redonner de l’énergie.

  • Les médecines douces séduisent les Français

    Illustration : Les médecines douces séduisent les Français

    Le mal de dos et le stress poussent de plus en plus de patients à se tourner vers des méthodes alternatives.
    Chiropractie, acupuncture, étiopathie, thalassothérapie, naturopathie ou encore herboristerie font désormais partie de notre quotidien. C’est un constat dressé par le baromètre santé 2017 du site PagesJaunes.fr. Sur un total de 296 millions de recherches de santé enregistrées au cours de l’année, près de 4 millions ont concerné des praticiens de médecine douce, qui reste "la tendance forte de ces cinq dernières années", d’après le site.
    Les recherches les plus fréquentes concernent le mal de dos et le stress. Plus de 9 Français sur 10 souffrent de mal de dos, et les recherches de praticiens permettant d’en venir à bout a plus que doublé depuis 2015, révèle le baromètre. Les recherches de chirorpracteurs, spécialisés dans les manipulations vertébrales ont augmenté de 151% par rapport à 2015, et celle d’étiopathes, qui suppriment les symptômes en agissant sur les causes, de 119%. Pour lutter contre le stress, les Français font appel aux sophrologues, hypnothérapeutes, magnétiseurs et naturopathes. "Une nouvelle discipline est récemment apparue, l’équicie. Cette spécialité travaille autour de la relation entre un patient et un cheval", indique PagesJaunes.fr.
    Des besoins variés
    Les recherches pour cures thermales, balnéothérapie et yoga ont augmenté de 48% entre 2015 et 2016. Les villes les plus attractives sur ces activités de bien-être sont Saint-Malo pour la thalassothérapie, Arras pour l’acupuncture, et Colmar pour la relaxation. Malgré cet engouement pour les médecines douces, les médecins généralistes et les dentistes restent en tête des praticiens les plus recherchés en 2016, suivis par les kinés et les ophtalmos.
    Les recherches des internautes témoignent également des disparités à l’accès aux soins dans l’Hexagone, touchant les zones rurales ainsi que les milieux très urbanisés. L’Ile-de-France est ainsi l’une des régions les plus touchées par le manque de médecins. A Paris, on compte 804 recherches pour un praticien, quand la moyenne en France s’élève à 626. D’autres spécialités rencontrent d’importants besoins : en Haute-Saône, il manque des ophtalmologues et dans le Gers, des gynécologues.

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Priorité santé mutualiste
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances