Actualité Mutualiste

Téléchargez
notre magazine Mutuelle Infos
n°39

Actualité Mutualiste

Retrouvez toutes l'actualité des Mutuelles Groupe Dépêche du Midi En savoir +

  • Les fruits et légumes frais en fête du 16 au 25 juin 2017

    Illustration : Les fruits et légumes frais en fête du 16 au 25 juin 2017

    Comme tous les ans, Interfel organise une grande opération de valorisation et de promotion des fruits et légumes frais auprès du grand public. La Fête des fruits et légumes frais se tiendra du 16 au 25 juin à travers toute la France. Au programme des actions dans les écoles, sur les places publiques, dans les points de vente, sur les marchés ou chez les professionnels de la filière.
    Du 16 au 25 juin, Interfel (qui rassemble et représente les métiers de l’ensemble de la filière fruits et légumes frais, de la production jusqu’à la distribution) mettra à l’honneur les fruits et légumes frais en proposant des animations festives et culinaires partout en France. Cette action menée depuis maintenant 11 ans sous la bannière “ Semaine de la fraîch’attitude ” et visant à sensibiliser le public aux bienfaits des produits frais issus des producteurs locaux, change de nom et de logo cette année mais conserve toutes les valeurs de cet événement national phare.

  • Protection solaire et vitamine D : comment trouver le juste milieu ?

    Illustration : Protection solaire et vitamine D : comment trouver le juste milieu ?

    Comment limiter les risques de cancer de la peau tout en augmentant nos niveaux de vitamine D ? Les spécialistes apportent des réponses.
    Les Français, comme des milliers de personnes sur la Terre, souffrent d’une carence chronique en vitamine D. La cause ? D’après une étude publiée par la revue Journal of the American Osteopathic Association, il s’agirait du manque d’exposition au soleil à cause de la crème solaire. Une idée qui ne fait pas consensus. D’après le docteur Claudine Blanchet Bardon, vice présidente du Syndicat National des Dermatologues – Vénéréologues, "les crèmes solaires ne mettent pas en danger l’absorption de vitamine D, d’autant plus qu’elles ne sont pas considérées comme un moyen de prévention efficace, car on n’en met jamais assez."
    Les chercheurs de l’université Touro California, aux Etats-Unis, estiment que la peur du cancer de la peau pousse de plus en plus de personnes à appliquer trop de protection solaire, ce qui nous empêcherait de profiter des bienfaits des rayons UVB. Ces rayons permettent à la peau de synthétiser la vitamine D, essentielle pour une bonne santé des os et du système immunitaire. Ils conseillent de s’exposer sans protection environ deux fois par semaine entre 5 et 30 minutes au soleil en fonction du type de peau et de la zone géographique.
    Une idée qui, cette fois, trouve écho chez le docteur Blanchet Bardon : "S’exposer bras nus deux fois par semaine ne peut pas faire de mal, surtout aux personnes âgées". Mais la vraie raison du déficit global en vitamine D, d’après la dermatologue, "se trouve plutôt dans nos habitudes alimentaires." Vigilants à la ligne, nous avons perdu goût aux produits gras, notamment certains poissons comme le maquereau et les sardines à l’huile. C’est pourquoi, lorsque nous ne voulons ou ne pouvons pas adapter notre alimentation, les médecins peuvent prescrire un supplément de vitamine D.
    Et qu’en est-il de la prévention du cancer de la peau ? "Seule la protection vestimentaire est assez fiable face aux rayons néfastes du soleil, les UVA", rappelle la spécialiste. Selon l’Institut national du cancer, la détection précoce des cancers de la peau offre de meilleures chances de guérison, en particulier dans le cas des mélanomes cutanés. Pour cela, surveillez votre peau et signalez tout changement d’aspect de vos grains de beauté à votre médecin. La semaine nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau, du 15 au 19 mai 2017, vous offre une possibilité de vous faire examiner gratuitement par des dermatologues bénévoles partout en France.

  • Tous les bienfaits du hammam

    Illustration : Tous les bienfaits du hammam

    On ne présente plus le hammam et toutes ses vertus. Rituel beauté ? Moment anti-stress ? Voyage hors du temps ? C’est un peu tout cela à la fois.
    Pour parler du hammam, de ses vertus... et des quelques conseils de prudence nécessaire, nous avons rencontré deux femmes passionnées : Anna Sindres est fondatrice de l’institut Carlota à Paris, réputé depuis des années pour ses rituels experts ; et Véronique Bonnefont, fondatrice du hammam Les 100 Ciels à Boulogne (et désormais à Paris et Strasbourg), reconnue pour son exigence et sa passion de l’authenticité.
    Objectif relaxation d’abord
    “ Le premier bienfait santé du hammam est de respirer cet eucalyptus mêlé à la vapeur, explique Anna Sindres. Cela fait énormément de bien au corps comme à la tête. ” Relaxation, convivialité sont des mots qui reviennent chez tous ceux qui pratiquent le hammam régulièrement.
    Véronique Bonnefont renchérit : “ C’est la grande différence avec le spa. Le hammam est un endroit où l’on prend le temps. D’abord dans le hammam tiède, avec une chaleur humide qui est la même que la température du corps, 37 degrés : on peut y rester longtemps. Ensuite on passe dans le hammam chaud où la température peut monter jusqu’à 43 voir 44 degrés, et l’on y reste donc moins longtemps. Tout ceci permet au corps une détoxination, le premier grand bienfait santé du hammam. ”
    Le parcours classique : hammam, gommage et massage
    Récapitulons. D’abord 45 minutes dans la salle tiède, puis 10 à 15 minutes dans la salle chaude. Les pores de la peau sont complètement ouverts, “ c’est le moment où l’on passe le savon noir sur la peau, à laisser poser 5 minutes ”, dit Anna Sindres. Puis arrive le moment du gommage, de l’application du rassoul, et l’on rince. La peau est alors complètement libérée de toutes ses cellules mortes, elle est d’une incroyable douceur.
    A quel rythme pratiquer ce gommage en profondeur ? Les femmes du Maghreb y vont facilement une fois par semaine. Pour les peaux d’européennes, plus claires et plus fines, une fois par mois, c’est suffisant.

  • Pour une bonne hygiène bucco-dentaire : quelques conseils simples

    Illustration : Pour une bonne hygiène bucco-dentaire : quelques conseils simples

    • brossez vos dents 3 minutes
    • brossez vos dents 3 fois par jour, après chaque repas
    • changez votre brosse à dents tous les 3 mois
    • utilisez une brosse à poils souples pour ne pas blesser les gencives
    • utilisez du dentifrice contenant du fluor
    Le brossage des dents doit être associé à une bonne hygiène de vie. Il faut bien sûr éviter les aliments et substances dangereuses telles que les drogues, l’alcool, les sucreries ou encore les matières trop grasses qui peuvent endommager les dents sur le long terme. Enfin, il est important de consulter son dentiste une ou deux fois par an.

  • Pourquoi se souvient-on ou non de ses rêves ?

    Illustration : Pourquoi se souvient-on ou non de ses rêves ?

    Certaines zones cérébrales sont particulièrement actives chez les personnes capables de se souvenir de leurs rêves.
    Pourquoi certaines personnes se souviennent parfaitement de leurs rêves au petit matin et d’autres absolument pas ?
    Des chercheurs de l’Inserm viennent de publier une étude dans Neuropsychopharmacology dans laquelle ils mettent en évidence des régions du cerveau très actives chez les personnes qui se souviennent de leurs rêves.
    Les zones impliquées pour le souvenir de ses rêves sont le carrefour temporo-pariétal et le cortex préfrontal.
    Pour cette étude les scientifiques ont évalué l’activité cérébrale de 41 volontaires dont 21 étaient de grands rêveurs (ils se souvenaient en moyenne 5,2 fois par semaine de leurs rêves).
    Les chercheurs ont analysé les phases d’éveil et de sommeil de chaque personne grâce à la TEP (tomographie par émission de position), technologie d’imagerie médicale qui mesure en 3D l’activité métabolique du cerveau.
    Chez les grands rêveurs, le carrefour temporo-pariétal et le cortex préfrontal sont très actifs pendant la phase de sommeil. Cette région est impliquée dans l’attention vers les stimuli extérieurs : les grands rêveurs réagissent donc davantage aux stimuli de l’environnement ce qui les réveille donc plus souvent au cours de leur sommeil (sans en être conscient). C’est pour cette raison qu’ils se souviennent mieux de leurs rêves : en effet, un cerveau endormi n’est pas capable de se rappeler une information, il a absolument besoin de se réveiller pour le faire.
    Ces résultats confirment ceux de précédentes études qui avaient déjà démontré que le cerveau des grands rêveurs était beaucoup plus réactif aux stimuli extérieurs que celui des petits rêveurs.
    Et vous, vous souvenez-vous souvent de vos rêves ?

  • 4 bonnes raisons de prendre son vélo pour aller travailler

    Illustration : 4 bonnes raisons de prendre son vélo pour aller travailler

    . Le vélo c’est bon pour la santé : comme toute activité physique régulière, faire du vélo dérouille les articulations, améliore le souffle, entretient le système cardio-vasculaire, prévient le surpoids et tous les troubles associés (diabète, hypertension, cholestérol...).
    . Le vélo c’est bon pour l’environnement : hormis les bénéfices concernant la pollution de l’air, le vélo permet également de diminuer la pollution sonore puisqu’il est totalement silencieux.
    Quand on fait du vélo, on inhale moins de CO2 qu’un automobiliste confiné dans sa voiture qui respire les gaz d’échappement à plein nez à travers sa ventilation.
    . Le vélo c’est bon pour le porte-monnaie : la loi prévoit désormais que les frais des salariés qui se rendent à leur travail en vélo peuvent être pris en charge pour tout ou partie par l'employeur via le paiement d'une indemnité kilométrique vélo (cette indemnité vélo est prévue au nouvel article L. 3261-3-1 du Code du travail instauré par la loi de transition énergétique).
    Toutefois, le versement de cette indemnité sera facultatif pour l’employeur : la mise en place de cet avantage accordé aux salariés se fera, selon les cas, par accord d'entreprise ou par décision unilatérale de l'employeur après consultation du comité d'entreprise ou des délégués du personnel.
    . Le vélo c’est l’occasion d’être généreux : si vous le souhaitez, il est également possible de faire don en partie ou en totalité de cette indemnité kilométrique pour faire avancer la recherche médicale pour les maladies digestives (maladie cœliaque, maladie de Crohn, côlon irritable...), vous savez ces maladies invalidantes, chroniques, douloureuses, taboues, qui touchent aujourd’hui près d’un français sur cinq, soit près de 12 millions de personnes.
    Pour étudier ces maladies digestives, la fondation digestscience s’est investie à 100% dans la recherche, l’accompagnement des malades, la formation du personnel de soin...
    Pour aider cette fondation, il vous est possible de faire un don sur digestscience : donner pour soutenir la recherche.
    Sachez que votre don ouvre droit à une réduction d'impôt de 66% de son montant dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Haut
  • Mutualité Française Midi-Pyrénées
  • Priorité santé mutualiste
  • Mutuelle Assitance
  • Ameli.fr
  • Espace adhérents
  • Kalivia
  • Institut Toulousain d'Osthéopathie
  • Sites vacances